Aperçu de King Arthur: Knight's Tale - Un accès anticipé prometteur

Financé sur Kickstarter, King Arthur: Knight’s Tale se présente comme un hybride entre jeu tactique et RPG traditionnel reprenant les légendes Arthuriennes. Voici un petit aperçu de son accès anticipé un peu maigre en contenu, mais pourtant déjà assez prometteur.

Arthur doit mourir (encore)

Le jeu débute là où les histoires se terminent habituellement. Le roi Arthur et son fils Mordred se sont entretués sur le champ de bataille. Lors du voyage devant ramener le corps d’Arthur à Avalon, une mystérieuse tempête se lève et coule les navires. Suite à ces évènements, une armée de morts-vivants menace Camelot, avec à sa tête un Arthur bien vivant. Pour mettre fin à la menace, la Dame du Lac n’a d’autre choix que de faire appel à celui qui a déjà tué Arthur : Mordred.

Mordred

Je ne suis pas un héros

Nous débutons nos aventures à Camelot, qui fait office de hub central que l’on peut faire évoluer au fur et à mesure du jeu en reconstruisant divers bâtiments, du simple marchand à l’hospice qui permet de soigner vos blessés entre les missions. La carte des environs nous donne accès à diverses missions où envoyer nos chevaliers. Sur place, nous déplaçons notre groupe comme dans un RPG traditionnel, en temps réel. Toutefois, pour ce qu’on en a vu jusqu’ici, les cartes sont assez petites et plutôt linéaires. Le jeu propose bien quelques coffres à vider pour collecter du loot, mais le système est assez basique puisqu’on ne modifie pas réellement l’équipement, mais on lui applique un sigil qui en modifie les statistiques.

Inventaire et fiche de perso
Camelot est à reconstruire

En combat par contre, le jeu bascule en tour par tour avec un système d’initiative de groupe plutôt qu’une initiative individuelle. On retrouve les classiques qu’on est en droit d’attendre du système : système de couverture derrière les éléments du décor, système d’engagement et attaque d’opportunité, etc. Plus intéressant, le système de combat gère aussi l’orientation de vos personnages. Attaquer un adversaire dans le dos vous permet de profiter de dégâts accrus bien sûr, mais il faut également en tenir compte dans le placement défensif de vos personnages. Ainsi, un chevalier portant un bouclier peut parer les attaquants qui lui font face. Logique. On note enfin qu’avant de pouvoir s’attaquer réellement à la vitalité de l’un de vos chevaliers, l’ennemi doit détruire l’armure (qui absorbe une partie des dégâts) et mettre à zéro sa réserve d’HP. Des éléments à prendre en compte puisque ces HP et armures ne remontent pas automatiquement à la fin du combat. Enfin, vos chevaliers peuvent souffrir de blessures ou de malédictions qui peuvent nécessiter de les laisser au repos le temps de quelques missions. On note d'ailleurs que le jeu n'intègre pour l'instant aucun mode de difficulté, mais que deux modes de jeu sont proposés. Dans le mode classique, le joueur peut sauvegarder entre les missions (et entre les missions seulement) tandis que le mode roguelike sauvegarde automatiquement et rend la mort permanente.

Baston !

Cet accès anticipé proposait de jouer des personnages appartenant à plusieurs classes. Les défenseurs sont ainsi les chevaliers les mieux protégés grâce à leur bouclier, mais on trouve également les champions, de gros bourrins utilisant des armes à deux mains ou encore des archers. Le jeu final devrait proposer d’autres classes, dont des classes utilisant la magie. Chacun des personnages possède son propre système d’évolution, qui se divise entre des compétences actives, des compétences passives et leurs améliorations (ajout de DoT aux attaques, augmentation des durées de débuff, etc). On note d’ailleurs que les personnages possèdent des compétences de départ qui leurs sont propres. Ainsi, mon premier champion disposait d’une attaque de zone alors que le second profitait d’une puissante attaque monocible.

Bien qu’il ne soit pas possible de créer sa propre version de Mordred, King Arthur nous laisse un peu de liberté sur son évolution. Le jeu intègre ainsi un système d’alignement articulé sur deux axes. D’un côté, le classique Bien ou Mal. Vous pouvez prendre des décisions qui feront de vous un tyran ou au contraire profiter de la nouvelle vie qui vous est offerte pour suivre une voie plus noble. Le deuxième axe concerne quant à lui la religion. Suivrez-vous la voie des anciens dieux païens du pays ou celle du christianisme ?

Ce système d’alignement a bien entendu un impact sur vos relations avec vos chevaliers. Ceux-ci bénéficient de bonus ou de malus selon que vous êtes proche ou non de leurs convictions. Jusqu’à les voir quitter votre service en cas d’écart trop important. On remarque également que ce système d’alignement devrait permettre de débloquer quelques grands noms des légendes arthuriennes comme Lancelot ou le Chevalier Noir. Ces modifications d’alignement semblent pour l’instant ne se faire qu’au travers de dialogues en fin de mission, à voir si ça changera dans la version finale. La fiche de personnages de nos chevaliers comprend également une section dédiée aux traits, mais ceux-ci ne sont pas encore implémentés.

Système d'alignement

Techniquement enfin, le jeu tourne assez correctement même si des bugs sont bien entendu au programme. Le visuel du jeu s'oriente clairement vers de la Dark Fantasy, tout en nuances de brun, noir et gris. On espère que les décors seront un peu plus varié dans le futur. Sachez enfin que cet accès anticipé n'est pas disponible en français, mais qu'un sous-titrage français sera disponible dans la version finale.

Conclusion

Malgré son contenu assez limité, cet Early Access est donc une bonne surprise. King Arthur : Knight’s Tale semble avoir des bases prometteuses. Son système de jeu semble assez intéressant et son ambiance dark devrait lui permettre de se démarquer. On gardera donc un œil sur ce jeu, en croisant les doigts pour que l’histoire et les quêtes se montrent à la hauteur.

Le jeu est disponible en accès anticipé sur Steam depuis le 26 janvier au prix de 34,99€.

Aperçu réalisé par Grim sur PC grâce à une clé fournie par le développeur.

Réactions (1)

Afficher sur le forum