Test de Mutant Year Zero : Road to Eden - Vis ma vie de mutant

Développé par The Bearded Ladies Consulting et édité par Funcom, Mutant Year Zero nous plonge dans la peau de mutants dans un univers post-apocalyptique. Issu d'un jeu de rôle papier, le studio tente d'y apporter un gameplay X-Comien. Regardons cela de plus prés !

Il était une fois la vie...mutante !

L'histoire se veut assez classique tout en apportant son lot de fantaisie. Grosse bombe, le peu de population restant prend refuge dans une Arche ; le monde extérieur, c'est l'ennemi. À cela, il faut ajouter l'existence des mutants. Ceux-ci sont moins nombreux que les humains, mais vivent en harmonie avec ceux-ci dans l'Arche. Nous jouons, dès le départ, deux mutants, Dux et Bormin, qui sont des traqueurs. Leur mission est de trouver des ressources pour permettre aux habitants de l'Arche de survivre un peu plus longtemps. Alors qu'ils retournent à la maison en déglinguant quelques goules, ils apprennent qu'Hammond, un célèbre traqueur, a disparu avec son équipe. En vous lançant à sa recherche, vous en apprendrez plus sur le monde qui vous entoure et sur vous, les mutants.

Test de Mutant Year Zero : Road to Eden - Vis ma vie de mutant
Balade nocturne

C'est réellement l'ajout des mutants et de leurs origines qui apportent à ce pan apocalyptique une sensation un poil différente. Au niveau de l’écriture, que ce soit au niveau des personnages ou de l'histoire, il y a une ambiance très bien retranscrite et on finit par être happé par les rebondissements.

Clairement, la direction artistique est une des plus-values du titre et elle attirera sans soucis son public. On passe de l'exploration au combat dans des décors constamment différents, dans des espaces réduits ou ouverts, colorés ou sombres... Le monde est cohérent, ses environnements le sont aussi et, finalement, ce sympathique mélange augmente à chaque moment l'immersion. D'ailleurs, il y a pas mal de dialogues entre nos comparses qui peuvent se montrer très sérieux comme totalement loufoques. Il y a en a pour tous les goûts et c'est généralement bien maîtrisé.

Encore une victoire pour Canard

Le jeu se constitue donc de deux phases principales : Exploration et Combat.

Dans l'exploration, vous remplissez votre rôle de traqueurs en cherchant des morceaux de ferrailles et des trésors anciens (Armes/Armures/Artefact). Sur chaque carte, prenez le temps de bien chercher dans tous les coins et recoins pour trouver un maximum d'objets. Ceux-ci vous permettent d'acheter du matériel à l'Arche, mais nous en parlerons un peu loin dans ce test.

La phase de combat est celle qui m'a sûrement le plus déboussolé dans mes premières heures de jeu. Habitué des tactical et notamment d'X-Com, j'ai pour habitude de lancer un combat en préparant mon équipe notamment par rapport à la couverture. Ce système est toujours présent ici et reprend les mêmes codes qu'X-com : demi-couverture qui protège un peu (25%), grande couverture qui protège quasi totalement (75%). Néanmoins, Mutant Year Zero ajoute une dimension plus intéressante : l'embuscade.

Embuscade de robots
Embuscade de robots

Dans Mutant Year Zero, il faut ruser pour essayer de réduire le nombre d'ennemis avant les affrontements. Ainsi, durant votre exploration, il faut repérer les ennemis qui sont loin des groupes et auxquels vous pourrez tendre une embuscade. Pour ce faire, vous disposez d'armes silencieuses (Silencieux d'arme de poing, arbalète, …). Si vous tuez un ennemi isolé avec ces armes, les autres ne sont pas alertés. À l'inverse, si vous décidez de foncer dans le tas avec vos autres armes, vous risquez d'ameuter une bonne partie de la carte et vous vous compliquez clairement la vie. C'est vraiment une mécanique qu'il faut prendre en compte, surtout dans le début du jeu, sinon vos combats seront catastrophiques. Les ennemis sont généralement plus nombreux, ont plus d'armure que vous, disposent parfois de médecins robotiques... Bref, la ruse est de mise ! En embuscade, vous pouvez positionner vos troupes sans vous faire repérer (sauf si vous vous approchez trop près) et avez la possibilité de réaliser des attaques plus puissantes grâce à votre équipement ou grâce à vos mutations. Comme dans X-com, si les points de vie d'un de vos héros sont réduits à zéro, il tombe dans un statut transitoire. Si vous le soignez avant un nombre de tours défini, il revient au combat. Dans le cas contraire, il ne peut plus être utilisé durant la durée du combat.

En parlant de mutations, chaque mutant de votre équipe dispose d'un arbre de mutation composé de mutations mineures, majeures et passives. Vous ne pouvez avoir qu'une mutation de chaque alors attention à bien choisir comment dépenser vos points. À côté de ces mutations, vous avez aussi des améliorations de vie, de déplacements, etc. Elles ne sont pas à négliger, car elles vous permettent de mieux résister sur le long terme durant vos combats. Certaines mutations sont assez pétées par rapport à d'autres et on peut se sentir, pour avoir plus de facilité, obligé de prendre les personnages disposant des mutations les plus puissantes. Je pense notamment à Magnus avec sa compétence de charme. Celle-ci permet d'utiliser un humanoïde contre son camp. C'est très très fort en comparaison des possibilités des autres personnages.

Les mutations
Les mutations

Le système de combat est assez classique dans l'ensemble. Chaque personnage dispose de deux points d'action qu'il peut utiliser pour se déplacer/attaquer/soigner. Attention, les attaques sont immédiatement synonymes de fin de tour pour le personnage. Il faut donc bien penser à utiliser vos actions dans l'ordre optimal (Déplacement/recharge/soin puis attaque). Vous disposez d'un arsenal se composant de nombreuses armes différentes : fusil à pompe, sniper, armes de poing, fusil d’assaut... Chaque arme a ses avantages et ses inconvénients et vous pouvez mettre deux objets pour les améliorer sur chacune.

Le bestiaire d'ennemis est plutôt varié, chaque ennemi ayant généralement une classe définie (corps à corps, distance, pyromane, robots, soigneur...) assez reconnaissable par l'équipement ou le nom.

What does the fox say ?

Un des autres éléments importants du jeu est l'Arche. Elle sert de HUB où vous pourrez : 

  • Acheter des objets.
  • Améliorer vos armes.
  • Dépenser vos points artefact.
  • Discuter avec l'aîné.

L'achat d'objets concerne surtout les grenades ou les trousses de secours. Si vous gérez bien votre exploration, vous n'aurez pas besoin d'acheter des armes/armures/amélioration d'arme.

Au niveau des améliorations d'armes, vous pouvez mettre des objets d'amélioration passive de certaines statistiques de votre arme (portée, dégâts, critique ...) ou bien améliorer votre arme. Chaque arme dispose de deux stades d'amélioration qui augmentent les dégâts de base et les critiques (+1 et +2).

Pour les artefacts, vous en obtienez en ramassant des objets spéciaux durant vos explorations. Ceux-ci ont généralement une lueur violette. Ce sont des vestiges du passé que nos amis traqueurs ne connaissent pas bien. Vous dépensez vos points dans un arbre qui vous procure des bonus passifs (amélioration du soin, hémorragie plus longue...). Je vous conseille fortement de choisir celle qui augmente l'hémorragie et celle qui augmente les dégâts sur la durée des cocktails Molotov. Cela aide clairement à passer un early game moins violent !

l'Arche
l'Arche

Enfin, vos discussions avec l'aîné vous permettent de mieux comprendre certains aspects de l'histoire et du monde qui vous entoure. N'hésitez donc pas à revenir souvent à l'Arche pour débloquer quelques dialogues.

L'Eden à portée de main !

Clairement, The Bearded Ladies Consulting nous permet ici de profiter d'une aventure réellement intéressante et plutôt bien amenée. On prend plaisir à parcourir les différentes cartes et l'histoire prend une tournure intéressante. Toutefois, quand on rentre enfin dans le jeu, au bout d'une dizaine d'heures, et que nous avons envie d'en savoir toujours plus sur nos protagonistes, on se rend compte qu'on arrive à la fin. Et là, on reste clairement sur notre faim. De par son Lore et ses personnages, on a envie de continuer à parcourir toujours plus de cartes et d'affronter d'autres ennemis. C'est bien là l'un des gros points noirs du jeu : il est un poil trop court pour réellement en apprécier toute la saveur.

Autre point qui est directement impacté par le mode de jeu X-Comien, la RNG. Autant vous dire qu'ici, elle est beaucoup plus punitive que dans le jeu parent. Ainsi, un tir manqué peu parfois avoir des conséquences assez douloureuses de par la difficulté du jeu. Redoublez donc de prudence et n'hésitez pas à sacrifier un animal pour prier le Dieu de la RNG.

Mis à part cela, j'ai réellement pris un plaisir avec ce jeu et j'espère sincèrement qu'au vu de la fin, nous aurons droit à d'autres aventures dans cet univers, car clairement, l'inverse serait une profonde déception. Pour peu que vous aimiez ce type de gameplay, vous ne pourrez être que charmé par l'ambiance mature de cet univers !

Le jeu est disponible sur PC, PlayStation 4 et Xbox One pour un prix 29.99 euros. Étant donné sa durée de vie, c'est un peu cher, mais clairement l'ambiance vaut son pesant de cacahuètes. À voir peut-être lors d'une prochaine promo pour les plus hésitants !

Ce test a été réalisé par Glaystal avec une copie offerte par l'éditeur.


Que pensez-vous de Mutant Year Zero: Road to Eden ?

8 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (9 évaluations | 0 critique)
6,6 / 10 - Très prometteur