Aperçu de Night Call

Pratiquement un an après son annonce au PC Gaming Show de l’E3 2018, nous avons eu l’occasion de mettre la main sur une démo de Night Call. Un premier contact aussi court qu'un voyage en taxi dont nous avons pu tirer quelques enseignements.

Un peu de contexte

Le personnage du joueur, que nous appellerons Joe faute de mieux, se réveille à l’hôpital. Il a eu la malchance de croiser la route du tueur en série qui sévit à Paris. Et la chance d’y survivre, même si ça éveille la suspicion de la police. Parce qu’il partage le nom d’un terroriste et qu’il cache son passé peu reluisant à ses proches, Joe se retrouve victime d’un chantage. Il doit devenir l’indic d’une policière prête à tout pour faire ses preuves, même à sacrifier un innocent sur la place publique. En effet, Joe est le candidat idéal pour ce rôle. Après tout, tout le monde parle dans un taxi. C’est même pour ça qu’on les utilise.

N'attendez donc pas d'action
N'attendez donc pas d'action

Travail de nuit

NightCallPrw_3.jpg

Les activités nocturnes de Joe se divisent donc en deux axes. Le premier concerne son métier de chauffeur de taxi. C’est très textuel ; ne vous attendez pas à réellement conduire. L’accent est mis sur les conversations et les tranches de vie qui se déroulent à l’arrière de votre véhicule. Ainsi, ma première cliente était une mère en colère voulant me traîner au poste de police le plus proche. Sa fille avait fugué et elle m’accusait de l’avoir aidée. J'ai finalement pu l'amadouer avant de la laisser à une gare. Mon second client était à première vue moins bavard. Après avoir respecté son silence quelques temps, il a fini par m’avouer qu’il pensait être prisonnier d’une simulation informatique avant de me laisser un bon pourboire, satisfait de mes réponses. Il semble en effet y avoir une couche de gestion qui vient s’ajouter à cette partie. La nuit se termine par un bilan financier et il faut pouvoir payer les taxes, son loyer et l’essence pour continuer à bosser.

NightCallPrw_1.jpg

Le second axe qui occupe notre nuit concerne l’enquête proprement dite. De retour à notre domicile, on analyse les documents et preuves que l’on a à notre disposition. Enfin, analyser c'est vite dit : on choisit un dossier et on regarde l’analyse se faire automatiquement. Les éléments découverts apparaissent alors sur un tableau et on passe au dossier suivant, dans la limite du temps disponible. Chaque dossier nécessite en effet un certain temps pour être traité et notre journée s’arrête au petit matin. Il faudra voir ce que cela donne plus tard dans le jeu parce que cette partie manquait pour le moment cruellement d’interactivité. Une remarque que l’on peut également faire pour la partie visuelle du titre, assez monotone lorsqu’on transporte des clients. Niveau traduction par contre, les dialogues semblent correctement traduits, seule l'interface comprenant encore quelques résidus d'anglais dans la version française.

NightCallPrw_2.jpg

Questions sans réponses

Soyons francs, cette brève prise de contact avec Night Call nous laisse avec plus de questions que de réponses.  Il est évident que la force du jeu résidera dans les interactions que l’on pourra avoir avec nos clients et les histoires qui se développeront. On espère donc que nos choix auront des conséquences et que ces clients pourront devenir réguliers, développant une histoire plus longue et complexe qu’un simple voyage en taxi. Le jeu promet en tout cas une certaine rejouabilité en déterminant aléatoirement le tueur en début de partie. Il reste donc à voir si le jeu tiendra sur la longueur, en évitant la monotonie qui risque de se poser devant le minimalisme apparent des graphismes. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Aperçu réalisé par Grim à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Night Call ?

1 aime, 1 pas.
Note moyenne : (2 évaluations | 0 critique)
5,0 / 10 - Intéressant