Test de Total War: Three Kingdoms - The Furious Wild -- Un douloureux retour en Chine

Quatrième DLC de Total War: Three Kingdoms, The Furious Wild est aussi la première extension de la carte de campagne. Est-ce une bonne occasion de retourner sur le jeu ?

1.jpg

Mozart in the jungle

The Furious Wild compte de nombreuses nouveautés. La plus évidente est l'augmentation de la taille de la carte de campagne des Trois Royaumes, qui obtient plusieurs nouvelles régions au sud. Ces régions sont peuplées de factions appartenant à une nouvelle culture, les Nanman.

Les différences entre les Nanman et les autres factions du jeu sont nombreuses. Tout d'abord, les Nanman disposent de leur propre arbre de recherche, qui se débloque progressivement en accomplissant certaines missions. Il en est de même pour les héros : leur progression passe surtout par l'accomplissement d'objectifs, qui leur offrent ensuite des bonus. Enfin, le DLC embarque beaucoup de nouvelles unités, dont des unités animales, qui enrichissent vraiment l'expérience : l'utilisation d'éléphants de guerre est vraiment agréable, tant ils sont capables de faire la différence à eux seuls s'ils sont parfaitement utilisés.

2.jpg

Une extension de la carte de campagne, 19 nouvelles factions (dont 4 jouables), 25 nouvelles unités, un nouveau système de recherche et de progression : The Furious Wild est indéniablement riche en contenu. Cependant, cela ne répond pas à la question essentielle : ce contenu est-il de qualité ?

Jungle Speed

À dire vrai, plus que sa qualité, le problème vient surtout de son adéquation avec le gameplay du jeu de base. Ainsi, un des principaux défauts de Three Kingdoms est la lenteur des déplacements : franchir une courte distance prend parfois 3, 4 voire 5 tours en raison des obstacles présents en chemin. Logiquement, la jungle ne fait que renforcer cette tendance : il se dégage une impression de lenteur, un sentiment que chaque déplacement demande dix tours.

La campagne du jeu est longue, mais elle l'est pour de mauvaises raisons. Elle ne l'est pas parce que le joueur a de nombreux adversaires, lui offrant du challenge jusque dans les derniers instants. Elle l'est parce que tout est terriblement lent, notamment en raison du système de déplacement. À ce titre, l'objectif final du DLC est ridicule : il faut accomplir certains objectifs (comme toujours), mais, surtout, les maintenir pendant 20 tours. Si un de ces objectifs cesse d'être rempli, tout est à refaire, ce qui est extrêmement désagréable dans une partie qui semble déjà avoir trop duré.

3.jpg

Pis : si ces objectifs cessent d'être remplis, ce n'est pas à cause d'un adversaire de fin de partie très agressif, comme le Chaos dans les Warhammer, mais en raison des limites de Total War Three Kingdoms. L'un des objectifs de victoire consiste à unifier les 19 tribus Nanman, ce qui peut se faire soit par la conquête, soit par la diplomatie. Sauf que ce choix est une illusion : le système diplomatique de Total War: Three Kingdoms fait qu'aucune alliance ne dure éternellement. Aussi, même s'il est possible d'unifier les tribus par la diplomatie, cette unification n'est que temporaire, ce qui signifie qu'il n'est pas possible de finir la campagne ainsi. C'est particulièrement frustrant.

4.jpg

Plus globalement, si The Furious Wild est indéniablement différent, ce n'est pas forcément pour le meilleur. Les factions ont de nouveaux événements scénarisés, mais ceux-ci sont très étranges : une autre faction m'a par exemple demandé un de mes territoires, puis m'a déclaré la guerre, sans aucune raison. De plus, même si le système de recherche est plus clair que celui du jeu de base, il est tout aussi frustrant, en raison de ses pré-requis : si certaines missions sont faciles à réaliser, d'autres sont nettement plus compliquées en fonction du contexte, empêchant de poursuivre la recherche comme on le souhaiterait. Quant au nouveau système de progression des héros, il n'est pas réellement possible de le faire avancer volontairement ; ce sont davantage des bonus qui se débloquent au fur et à mesure, sans que le joueur ne s'implique réellement. Enfin, le concept même du DLC est difficile à comprendre : il agrandit la carte de campagne alors que personne n'avait souhaité cela.

Lost in the jungle

Résumons : une augmentation de la carte de campagne que l'on n'avait pas demandé ainsi que des mécaniques qui fonctionnent mal et se combinent mal avec le jeu de base. Au final, tout ce qu'il y a de réellement positif dans ce DLC, ce sont ses unités animales. Payer 19€ pour cela semble un peu exagéré, non ?

Au final, on ressent le même problème avec ce DLC qu'avec Eight Princes, que nous avions testé l'an passé : il ne fait que mettre en lumière les lacunes du jeu de base, sur lequel on n'a pas envie de retourner, contrairement aux Total War: Warhammer. Ce n'est pourtant pas faute d'essayer, mais si Creative Assembly désire continuer à supporter son dernier né, il doit vraiment le repenser en profondeur au préalable.

Test réalisé sur PC par Alandring à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Réactions (1)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Total War: Three Kingdoms ?

3 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (5 évaluations | 0 critique)
5,1 / 10 - Moyen

1 jolien y joue, 1 y a joué.