Rétrospective 2020 - Huitième partie

Comme l'an passé, nous vous proposons une rétrospective des jeux qui ont le plus marqué nos rédacteurs.

Rétrospective 2020 - Sommaire

Chaque jour, une nouvelle partie de la rétrospective sera publiée et cet article mis à jour. Pour l'instant, voici ce qui est disponible :

Partie 1

  1. Les MMO les plus marquants par Agahnon
  2. 2020 - l'année des jeux du passé par Oulanbator

Partie 2

  1. Les jeux d'aventures et puzzles-games de 2020 par Grim
  2. Les hack'n'slash qui ont fait l'actualité en 2020 par Peredur

Partie 3

  1. Meilleurs jeux pour PC Linux en 2020 par Tchey

Partie 4

  1. La Switch, console des portages par Aragnis
  2. Les jeux de gestion/stratégie les plus marquants de 2020 par Seiei

Partie 5

  1. Ça a été leurs premières fois par NeoGrifteR
  2. Les jeux indépendants, un univers sur lequel compter par NeoGrifteR

Partie 6

  1. Les jeux marquants de 2020 par Glaystal

Partie 7

  1. Le Xbox Game Pass par Soviet Suprem

Partie 8

  1. Les jeux avec des roues par Hachim0n
  2. Les jeux narratifs par Alandring

Partie 9

  1. Les jeux japonais par Lianai

Les jeux avec des roues par Hachim0n

L’année 2020 n’a pas été vraiment celle des jeux de course. Si les titres habituels étaient comme toujours bien présents, ils souffraient d’un mal commun : un attentisme alors que la nouvelle génération pointait le bout de son nez en fin d’année.

Certains ont tenté d’innover ou de se réinventer, à l’image de Ride 4 et de Project CARS 3. Deux licences à la trajectoire opposée puisque le jeu de moto de Milestone lorgne de plus en plus du côté de la simulation, assumant quelques choix radicaux qui pourraient laisser les amateurs de fun immédiat en bord de route. Inégal, le jeu méritait tout de même d’assumer ses choix et de proposer une expérience plus saisissante que son aîné. Quant à Project Cars 3, le jeu des Anglais de Slightly Mad Studios, il fait un sens inverse. En attendant de voir ce que le studio fera à l’avenir sous l’égide de Codemasters/Electronic Arts, il faut se contenter d’un titre qui joue à fond la carte de l’arcade. Un choix très curieux et mal reçu, tant par la critique que les fans de la série. Project Cars symbolisait autrefois une nouvelle vision de la « simcade », sorte de simulation accessible, et voir le studio mettre de côté cette idée était une des plus grosses surprises de 2020.

Quant aux éditions annuels des licences F1 et WRC, on pouvait faire un constat assez malheureux : si F1 2020 et WRC 9 sont probablement parmi les meilleures itérations de leurs licences respectives, les deux jeux brillent par leur absence totale de prise de risque. Similaires en tous points aux éditions précédentes, les deux jeux se sont contentés de faire le boulot sans voir plus loin. Un choix qui n’étonne toutefois pas, avec l’arrivée des PlayStation 5 et Xbox Series en novembre, on se doutait que ces jeux annuels prendraient le temps et attendraient d’éventuelles futures éditions profitant pleinement de la nouvelle génération. Codemasters a d’ailleurs malheureusement fait le choix de ne pas proposer de mise à jour pour son F1 2020 sur PS5 et Xbox Series, au contraire de Kylotonn qui a profité des nouvelles consoles pour proposer quelques menues améliorations dans son WRC 9.

WRC94.png

Heureusement, une poignée de studios sont venus assouvir nos envies de découverte. À commencer par le duo formé par Teyon et Nacon, avec son étonnant Monster Truck Championship qui, s’il ne nous a pas tenu en haleine bien longtemps, a eu le mérite de proposer la découverte d’un monde dont on ignorait tout. Gros camions et roues démesurées, figures improbables, tout était particulièrement jouissif malgré un contenu dont on faisait finalement vite le tour. À ses côtés, Saber Interactive a débarqué avec SnowRunner, suite de l’étonnant MudRunner où on l’amuse à nous débattre avec la boue à bord d’un vieux camion dont on maltraite inlassablement la boite de vitesse. En y ajoutant la neige, le jeu offrait un challenge non négligeable, mais surtout un vrai côté paisible, loin de l’excitation de la course qui est généralement au cœur des jeux avec des roues.

Pour finir sur une note artistique, malgré cette année maussade, il faut faire un clin d’œil à art of rally, un jeu de rallye pour celles et ceux qui n’aiment pas forcément cela. Avec ses courses en vue du dessus dans des décors à l’identité visuelle bien affirmée, il y a quelque chose de spécial dans ce jeu. Une vraie bonne idée, qui manque sûrement de maturité, mais qui reproduit plutôt bien la sensation de liberté et de maîtrise que peut procurer cette discipline toute particulière.

Les jeux narratifs par Alandring

Quand on pense aux jeux narratifs de 2020, on pense en premier lieu aux deux plus grands absents de l'année : Super Seducer 3 et Gamer Girl. Le premier a été repoussé d'une année entière et sortira finalement le 12 février 2021, juste à temps pour la Saint-Valentin. Le deuxième a disparu des radars quelques heures à peine après son annonce et a visiblement été annulé, alors qu'il était sur le point de sortir.

Cependant, 2020 a été une nouvelle très belle année pour les jeux narratifs. Elle signe en effet le retour au premier plan de Dontnod. Le studio nous avait déçu avec Life is Strange 2 ? Il revient avec deux titres marquants, Tell Me Why et Twin Mirror. On retrouve dans ces deux titres tout ce qui a fait la force du premier Life is Strange avec en prime des graphismes sensiblement améliorés. En 2020, Dontnod a montré qu'il était le maître des jeux narratifs.

5.jpg

Wales Interactive, l'autre spécialiste du genre, n'a pas été à ce niveau, même s'il nous a également satisfait avec l'intéressant The Complex (JOL d'or du meilleur gameplay pour un jeu narratif) et rapidement ennuyé avec Five Dates. N'est pas Richard de la Ruina qui veut.

Autre déception, le deuxième volet de The Dark Pictures Anthology : Little Hope. Très proche de son prédécesseur sur le plan des mécaniques, mais moins abouti sur le plan narratif, notamment concernant l'impact de ses choix, le jeu nous a déçu. Espérons que House of Ashes, prévu pour 2021, fera mieux.

Une fois n'est pas coutume, il faut se tourner vers le Japon pour compléter ce tour d'horizon des jeux narratifs marquants de l'année 2020. Commençons par le portage Switch du remake d'un jeu initialement sorti en 2011 : Catherine Full Body. Si vous n'avez pas encore joué à ce jeu culte, c'est la meilleure façon de le découvrir.

Continuons avec un jeu en prises de vue réelles : Death Come True. Premier jeu de Too Kyo Games, le studio fondé en 2017 par d'anciens développeurs de Danganronpa, ce titre s'est révélé être une grande réussite. On accroche beaucoup à l'ambiance et à la narration proposée à la titre. Un indispensable pour les fans du genre.

Enfin, l'ultime perle de cette liste est 13 Sentinels: Aegis Rim, sorti chez nous en septembre. Certes, le jeu comporte un gameplay de stratégie dont on se serait volontiers passé - même s'il est appréciable. Cependant, il propose aussi une histoire exceptionnelle, racontée à la perfection. 13 Sentinels, c'est ma meilleure expérience narrative depuis Horizon: Zero Dawn. Jouez-y.

5.jpg

Réactions (45)

Afficher sur le forum

  • En chargement...

Que pensez-vous de JOL d'or ?

8 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (8 évaluations | 0 critique)
6,0 / 10 - Assez bien